Sophrologie

Pour aller plus loin…

Photo d'une femme sous le soleil dans un champ de blé. Sophrologie, Hypnose, Synergie sur Marseille

Les bases scientifiques

Schématiquement, Caycedo structure la conscience en trois niveaux, trois états et trois degrés de profondeur. Les niveaux correspondent aux variations qualitatives de la conscience. Chaque être humain les parcourt quotidiennement.

  1. La veille : l’homme s’active. La vigilance diminue depuis l’hypervigilance vers la vigilance habituelle des actes de la vie courante.
  2. Le sommeil : l’homme se repose.
  3. Le niveau sophro-liminal : bien que ce niveau de conscience soit moins connu, l’homme y passe au moins deux fois par jour ; le matin au réveil avant d’ouvrir les yeux et le soir juste avant de s’endormir. Les séances de sophrologie offrent l’opportunité de faire cette rencontre avec ce niveau de conscience.

Niveau sophro-liminal ou niveau alpha

Il représente, au début de l’entraînement, le niveau privilégié de conscience du travail en sophrologie. La sophrologie offre les moyens de découvrir et d’approfondir ce niveau de conscience. Il correspond à des dénominations usitées dans d’autres spécialités telles que : subliminal, relaxation alpha, au bord du sommeil. Il constitue la zone inférieure du niveau de vigilance. Nous verrons plus loin comment descendre profondément dans ce niveau et y rester suffisamment longtemps pour en retirer tous les bienfaits.

Précisons tout de suite qu’une suggestion ou une image voient leur force se décuplée lorsque l’on se trouve dans ce niveau de conscience.

Les trois principes de CAYCEDO

Caycedo formule trois principes importants et deux lois fondamentales.

  1. Principe du schéma corporel en tant que réalité vécue

« La conquête du corps est la conquête de l’esprit », nous indique CAYCEDO. « Tout passe par le corps, c’est ce que nous appelons corporalité. »

La personne marquée par une difficulté existentielle physique ou psychique a une mauvaise perception de sa corporalité. De surcroît, lorsqu’il y a atteinte corporelle ou physiologique, cette perception est négative. Le but essentiel de la vivance phronique du corps (exercices de la relaxation dynamique du premier degré) est de créer des sensations agréables et positives. Sans ce travail, la restructuration de la personnalité devient difficile.

Le schéma corporel est donc la représentation que chacun se fait de son corps incluant non seulement un contenu physiologique, mais également un contenu affectif et émotionnel, des facteurs sociaux, le corps sexué, les jugements de valeur sur le corps, etc…

Ce travail sur le corps proposé par la sophrologie est original pour deux raisons importantes : tout d’abord, la séance s’effectue les yeux fermés et en état de relaxation ce qui procure une régénération et un bien-être aussi bien physique que mental ; d’autre part, le corps est toujours envisagé sous l’angle du positif. Nous arrivons là au second principe.

2. Principe d’action positive

Généralement, l’homme en conscience ordinaire ou la personne malade confrontée aux réalités multiples de la vie sociale ne remarque ou n’enregistre que les faits graves ou les situations dramatiques. Malgré lui, il s’imprègne de l’ambiance contenue dans les messages que lui envoient le monde extérieur et les médias. Il se laisse surtout influencer par les évènements négatifs. Il ne prend que rarement conscience de ce fait et ne voit pas que tout ce qu’il entend ou observe transforme son état psycho-psychique. L’enregistrement puis la mémorisation de ces messages négatifs détermineront plus tard une certaine attitude psychologique face à la vie.

Le sophrologue guide le sophronisant pour percevoir et dynamiser le positif au niveau corporel (perception de sensations agréables), au niveau du mental (images et pensées positives) et au niveau spirituel (recherche de sentiments de paix, d’harmonie et d’amour). 

Au fur et à mesure de son entraînement, la personne s’exerce à voir le positif en toute chose, ce qui constitue sans doute la première étape vers le bonheur. Cette action positive s’exerce tour à tour sur les trois paramètres existentiels: passé, présent, futur.

 

“Positiver” le passé, cela consiste à ne plus le considérer comme une phase négative de la vie ou une période à oublier. En revivant mentalement des périodes heureuses mais souvent oubliées de ce passé, on allège notablement la charge négative que celui-ci fait peser sur le présent. “Positiver” le futur, c’est supprimer les peurs et les angoisses qui y sont liées. Là aussi, le présent se trouve renforcé. Cette double action donne à l’individu la capacité d’affronter toute situation dans une parfaite sérénité.

Rechercher le positif ne signifie pas se voiler les yeux et refuser de voir la réalité. Ainsi, quand en relaxation on perçoit des sensations désagréables (fatigue, douleur musculaire…), il est nécessaire de les reconnaître et de les accepter. Mais en contrepartie, on prend également conscience des sensations agréables qui d’ailleurs prédominent presque toujours. Cette volonté de rechercher et de développer en soi le positif est indispensable lorsque l’on désire créer une personnalité plus stable et plus équilibréeL’action positive est le souffle vital de la sophrologie.

  • 3. Principe de réalité objective

  • La réalité objective s’attache à la personnalité du sophrologue qui doit comprendre et percevoir son propre état de Conscience pour en tenir compte face à celui de son patient.
    C’est ce qui l’autorise à se conduire en accompagnant et à établir l’alliance. La qualité de la relation du sophrologue avec son patient ou son groupe relève donc de sa propre condition existentielle.

    3.1. Loi d’entrainement ou loi de répétition vivantielle

    C’est la répétition de la Vivance qui conduit à la transformation de l’être. Les techniques sont plus efficaces si elles sont rapides et répétées. Chacune peut durer 10 minutes. Cette mise en place répétitive du phénomène, sans interprétation, transforme progressivement le sophronisant, et le sophrologue doit être capable d’observer cette transformation.

    * 3.2.Loi de l’éthique

    La sophrologie étudie la conscience humaine et cherche avant tout à la régénérer ; ainsi le sophrologue doit-il éviter toute action sur sa conscience ou sur celle des autres risquant de la dénaturer ou de l’endommager.

Vous avez des questions ou besoin de renseignements ?

Fermer le menu